J’aurais pu vous faire un article sur le hochet à travers les âges, nos ancêtres en possédaient-ils ?
Ou plus largement, sur l’histoire du jouet dans l’humanité : quand est-ce que sont apparus les premiers jouets… mais pas pour l’instant. Je vais plutôt vous parler de ma première ancêtre que j’ai retrouvé et qui était « de père inconnu ».

Le 28 mai 1803, née dans la commune de Comblessac, la petite Anne, Fortunée, Hochet, fille de Anne Hochet. Aucune mention du père. En découvrant ce prénom de Fortuné, j’ai eu le sentiment que sa maman lui avait donné ce second prénom comme pour contrebalancer le sort !
Elle aura une vie simple et bien remplie : À tout juste 20 ans, elle épouse Jean Urvoy, qui a 19 ans de plus qu’elle. Ils vivent à Comblessac, au bourg, et ils auront 3 enfants. Elle décède le 04 novembre 1866 à 62 ans.

Mais alors, que s’est-il passé ? Pourquoi est-elle née de père inconnu ? Quelle était la situation de sa mère ?
Anne Hochet est née le 16 octobre 1767 à Comblessac. Ses parents, René et Marguerite Urvoy, cultivateurs ? vivent à Comblessac. Ils s’installent aux Brulais, à quelques km. Anne ne s’est jamais mariée, ni avant, ni après la naissance de sa fille, et elle n’a pas eu d’autres enfants. Je n’ai pas non plus trouvé de promesse de mariage la concernant qui n’aurait pas aboutit.
On pourrait penser qu’il s’agit d’une toute jeune fille qui se serait laissée abuser par un homme mais elle a déjà 36 ans au moment de la naissance de sa fille. Elle décède le 10 décembre 1829, à Comblessac. C’est son gendre qui déclare sa mort, et aucune autre famille n’est mentionnée.

En farfouillant sur le web, j’ai glané plusieurs pistes pour retrouver un père inconnu :

Il y a le cas de « l’ami » ou témoin qui déclare plusieurs enfants de la mère : mais Anne n’a pas eu d’autres enfant ; de plus, l’acte de naissance de sa fille est plus que succinct.

Les déclarations de grossesse : Henri II avait promulgué une loi obligeant les femmes célibataires à déclarer leur « état », afin de lutter contre les infanticides et les abandons. Elles ont existé officiellement jusqu’à la Révolution, mais il arrive qu’on en retrouve encore au XIXème siècle, dans les archives des juges de paix : il est hélas peu probable qu’elle en ai fait une.

Les recensements : la mère vivait-elle avec quelqu’un ? Deux problèmes se posent ici :
– sur le site en ligne des archives, il n’y a de recensements pour la commune de Comblessac qu’à partir de 1836. Et comme j’habite assez loin, il faudrait que je sollicite l’aide du fil d’Ariane.
– Deuxièmement, à moins qu’elle est vécu avec cette personne, il n’y a pas de moyen de faire le lien avec un voisin puisque sur les recensement du village, il n’y a pas de noms de rue et encore moins de n°.
Pour l’instant, voici où j’en suis, le mystère reste entier la concernant…

Pour le reste de la famille, je n’ai là aussi que peu d’informations : je sais seulement que ses parents, René Hochet et Anne Chesnel, se sont mariés le 29 novembre 1759 à Comblessac. 
Anne Fortuné Hochet est l’arrière grand-mère maternelle de ma propre arrière grand-mère, Ernestine Bahon, et mon sosa 111. 

Quant à la signification de ce nom de famille, on pourrait imaginer que l’ancêtre à qui on l’a attribué fabriquait des jouets peut-être ! 

Mais non, selon filae, ce patronyme serait un diminutif de « hoche », en ancien français « robe longue » ou « manteau ample à manches ouvertes et pendantes ». Hochet serait donc le surnom de la personne portant ce vêtement.
La seconde possibilité serait un dérivé du verbe « hochier », qui signifiait  « agiter des dés ». Là, Hochet aurait donc désigné un joueur de dés.

Pour ma part, je préfère le fabricant de jouets !

Note : Cela peut quand même être très intéressant de faire un article sur les jouets ! Je garde l’idée. Pour le J tiens, je n’avais pas d’idée !